Bandeau
Patrimoine Culturel et Historique du Canton de Mouy
Histoire de notre Canton
Descriptif du site
Angy
Article mis en ligne le 17 juin 2014
dernière modification le 30 juin 2014

par Mauricette
logo imprimer


ANGY


Ce village qui s’étend aujourd’hui sur 360 hectares et est peuplé de 1 024 personnes, a sans doute des origines très anciennes. L’emplacement du Chef-lieu sur la voie gallo-romaine qui joignait BEAUVAIS et SENLIS et la découverte au siècle dernier d’un cimetière franc du Ve ou VIe siècle en attestent.


Comme ses voisines ANSACQ et BURY, il est vraisemblable que la bourgade dût être détruite au cours des incursions normandes de la fin du IXe et du début du Xe siècle.


Aux environs de 990, la seigneurie d’ANGY fait partie des biens d’Adélaïde de Guyenne, épouse de Hugues Capet qui, peu après, l’affecte pour moitié à la subsistance des clercs de la collégiale Saint-Frambourg à SENLIS, fondée par sa royale épouse au début du XIe siècle.


En 1186, Philippe Auguste confère aux habitants d’ANGY une charte communale qui, pendant plus de cinq siècles, devait leur valoir des privilèges fiscaux et militaires.


A partir de la deuxième moitié du XIVe siècle s’ouvre pour le Beauvaisis une ère de guerres et de souffrances qui allait durer jusqu’à la fin du XVIe siècle.


C’est ainsi qu’en 1358, ANGY eut certainement à souffrir de la Jacquerie.


A la suite du long conflit opposant la France à l’Angleterre, une charte de Louis XI, datée de 1473, confirmant les privilèges accordés par Philippe Auguste, nous apprend que la ville d’ANGY avait été presque totalement détruite. De 400 à 500 feux précédemment, la population était tombée à une trentaine de feux seulement.


Plus jamais ANGY ne devait retrouver l’importance qui était la sienne jusque-là et qui lui avait valu d’être le siège d’une prévôté royale dont la juridiction s’étendait sur près de 110 villages du Beauvaisis.


Enfin, les luttes religieuses de la seconde moitié du XVIe siècle connaissent également leurs répercussions à ANGY et, en 1591, les ligueurs de BEAUVAIS y brûlent plusieurs maisons.


En 1642, la coseigneurie d’ANGY cesse de faire partie des domaines de l’église et chapelle royale de Saint-Frambourg. Elle passe aux mains du Prince de Condé.


A proximité d’un vieux lavoir recevant les eaux qui passaient autrefois pour guérir l’ophtalmie et fut l’objet d’un pèlerinage très fréquenté, se dresse l’église Saint-Nicolas et Saint-Clair.


La tradition veut qu’elle aurait été fondée par Adélaïde de Guyenne, épouse d’Hugues Capet, à la fin du IXe ou au début du Xe siècle.


Cette église est cruciforme. Si les parties basses appartiennent à l’esthétique romane, le clocher avec ses fenêtres allongées marque l’évolution des formes romanes vers le gothique. Il n’est pas coiffé d’une flèche mais d’une bâtière. Les jeux de dents de scie, la corniche beauvaisienne, la noblesse des aplombs à la croisée du chœur et des bras du transept en font un très bel édifice.


Elle a conservé un curieux bénitier roman orné d’une tête chimérique et plusieurs statues en bois des XVIe et XVIIe siècle : une Vierge à l’Enfant, un Saint Nicolas et les Enfants dans le Saloir, un Saint Roch entre l’ange et le chien, un Saint Clair portant sa tête.



A partir d’ANGY, deux solutions se présentent :


  • soit poursuivre vers MOUY, traverser la D.12 et revenir au point de départ pour consacrer le reste de la journée à la promenade pédestre vers SAINT JEAN DES VIVIERS ;


  • soit continuer l’itinéraire en prenant la direction de BURY. Avant la sortie d’ANGY, prendre à gauche la direction de MERARD. A MERARD (qui est un hameau de BURY, et dont vous trouverez l’évocation ultérieurement), prendre la D.144 en direction d’ANSACQ. A noter après MERARD le très joli château fort.


 

Dans la même rubrique

0 | 5

Bury
le 17 juin 2014
par Mauricette
Rousseloy
le 17 juin 2014
par Mauricette
Cambronne Les Clermont
le 17 juin 2014
par Mauricette
Neuilly sous Clermont
le 17 juin 2014
par Mauricette
Ansacq
le 17 juin 2014
par Mauricette


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © Patrimoine Culturel et Historique du Canton de Mouy - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.4