Bandeau
Patrimoine Culturel et Historique du Canton de Mouy
Histoire de notre Canton
Descriptif du site
Neuilly sous Clermont
Article mis en ligne le 17 juin 2014
dernière modification le 30 juin 2014

par Mauricette
logo imprimer


NEUILLY-SOUS-CLERMONT


La commune est située entre ANSACQ à l’ouest, CAMBRONNE au sud, BREUIL LE VERT à l’est et RANTIGNY au sud-est, sur 774 hectares.


Il y a actuellement 555 habitants à NEUILLY (191 foyers), 840 à AUVILLERS (216 foyers) et 24 à LIERVAL (10 foyers).


Son territoire est formé d’un vaste plateau (AUVILLERS : qui signifie "ville sur une hauteur"), et de deux vallées (NEUILLY : ce nom d’origine gallo-romaine, comme l’indique sa terminaison a signifié "Domaine de NOVELLIUS" ; LIERVAL : mot d’origine gallo-romaine indiquant un nom de personne avec la terminaison "val" se rapportant à son vallon) brodées de coteaux boisés.


Le ru de COUTANCES, qui y prend sa source, préserve un large sillon de nature en direction de la vallée de la BRECHE.


La ferme de la Tuilerie, écart de la commune, située en bordure de la RN.16 remplace une briqueterie-tuilerie fondée à la fin du XVIIIe siècle (1798).


Il est établi que les Romains ont fondé à NEUILLY un camp fortifié, de là le lieu-dit le "ROUX FORT".


La seigneurie principale de NEUILLY-SOUS-CLERMONT appartenait "de temps immémorial" aux dames religieuses de l’abbaye de CHELLES SAINTE-BANTOR.


Avant la révolution, la paroisse avait peu d’étendue, puisque Coutance et la Commanderie (auparavant territoire de CAMBRONNE LES CLERMONT) n’y furent incorporés qu’en 1804 et que LIERVAL et AUVILLERS, ses hameaux actuels, n’y furent rattachés qu’en 1825.


La BRECHE est un affluent de l’ Oise, Long de 44 kilomètres, qui prend sa source à FONTAINE-AU-BUT entre LA-NEUVILLE-SAINT PIERRE et REUIL-SUR-BRECHE ; cette rivière prenait naissance autrefois à plusieurs kilomètres en amont de sa source actuelle. La rivière sépare en deux parties un petit massif de collines boisées, coupure utilisée comme lieu de passage (aujourd’hui RN.16 et voie ferrée PARIS-CREIL-AMIENS). Elle se jette dans l’Oise par deux bras : la Grande-Brèche à VILLERS-SAINT-PAUL et la Petite-Brèche à CREIL.


L’église de NEUILLY était autrefois la Chapelle d’un prieuré de l’ordre de Saint-Augustin, fondé à la fin du XIe siècle dépendant de l’Abbaye de St QUENTIN de BEAUVAIS.



Elle est promue au rang d’église au XIIIe siècle. C’est dans son ensemble un monument en forme de "T". Les parties les plus anciennes remontent au XIe siècle : façade, colonnes séparant les deux vaisseaux.


Dédiée à Notre-Dame et à st Fiacre, elle a été classée Monument Historique en 1935.


Elle présente un caractère composite (à noter sur le côté sud les fenêtres de style flamboyant), dû au fait qu’elle fut largement reprise au XVIe siècle. Naguère entourée de maisons, un passage a été pratiqué sous les arcs-boutants au sud, pour permettre la circulation autour de l’édifice.


Le plus ancien document connu concernant la Commanderie est une donation faite à l’Ordre du Temple par Raoul, Comte de CLERMONT. L’ordre ayant été dissous en 1312, elle passa aux Chevaliers de St Jean de Jérusalem devenus Chevaliers de Malte en 1520.


Elle fut vendue à la Révolution comme Bien National.


De la première Commanderie, celle des Templiers, il subsiste essentiellement la Chapelle de style ogival et sa crypte ainsi qu’un vaste cellier qui faisait autrefois toute la longueur du bâtiment.


Les Chevaliers du TEMPLE et Les Chevaliers de MALTE


 


L’ordre du Temple, composé de chevaliers à la foi moines et soldats, fut fondé en 1118 par Hugues de Payens, de la Maison de Champagne. Les Chevaliers du Temple tenaient leur nom de la maison qu’ils occupaient près du Temple de Salomon à JERUSALEM. Leur vêtement était blanc à croix rouge. Sut leur étendard, cette parole biblique : "Non nobis Domine, non nobis , sed nomini tuo sit gloriam. " (Pas à nous , non ! Pas à nous, la gloire, Seigneur, mais à ton nom). Les dignités se répartissaient ainsi : le Grand-Maître, des précepteurs ou grands prieurs des visiteurs, des commandeurs, puis les chevaliers, les frères servants et des chapelains.


Après avoir été très longtemps protégé par la papauté, l’ordre fut dissous par un procès en 1312. Leurs biens furent attribués à l’ ordre des Hospitaliers de Saint Jean de JERUSALEM, futur ordre de Malte.


cf les Travaux de P. DURVIN et de la Société archéologique de CREIL.


A noter le domaine de Coutances, un ancien château, remplacé par une propriété plus modeste, qui appartenait au XIVe siècle à un évêque de Coutances (Manche) originaire d’ERQUERY. Ce prélat a donné à sa terre le nom de sa ville épiscopale.


Dans ce château, naquit André Louis Elisabeth Marie Briche, général de division, qui a participé aux campagnes de Napoléon 1er. Son nom est inscrit sur l’Arc de Triomphe de l’Etoile de PARIS, côté sud.


La petite église d’AUVILLERS dédiée à st Jacques est aujourd’hui chapelle.


Elle remonte elle aussi en partie au XIe siècle. Le chœur et le clocher sont de l’époque romane primitive.


Elle a abrité longtemps un très joli bas-relief en marbre blanc de Carrare dit "La Madone d’AUVILLERS" de Di Duccio(XVe) qui est maintenant au Musée du Louvre.


A côté de cette chapelle se trouve le château d’AUVILLERS. Sa construction est antérieure au XVe siècle. C’était alors un corps de logis ayant quatre tours, avec fossé et pont-levis.


C’est aujourd’hui un mélange de deux constructions. La façade nord-est a conservé ses deux tours et celle du sud a deux pavillons.


Pourquoi la Place "JEAN-PAUL SARTRE" à NEUILLY SOUS CLERMONT


Jean-Paul SARTRE, averti par un ami d’ Albert CAMUS, que les allemands le recherchaient, fut obligé de changer au plus vite de domicile.


Un jour de l’ été 1944, on demanda à l’ ancien café du village s’il y avait des chambres à louer. Des chambres, il y en avait peu, elles étaient occupées. Il restait deux mansardes sous les toits .


Les deux clients étaient SARTRE et sa compagne Simone de BEAUVOIR. Ils arrivèrent de PARIS à bicyclette, et logèrent chacun dans leur mansarde, Simone de BEAUVOIR sur la cour, SARTRE sur la rue, d’où il pouvait voir passer les convois allemands en retraite .


Simone de BEAUVOIR dans son livre "La force de l’âge" parle de NEUILLY SOUS CLERMONT "petit village dont les rues étaient bordées de pieds d’ alouettes" . On pense que c’ est ici que fut écrit "La putain respectueuse" dont il fut retrouvé une partie du manuscrit.


Dès l’ arrivée des alliés , ils quittèrent leur abri pour regagner PARIS à bicyclette par le CD.110, la N.16 et la ligne de chemin de fer coupée par les bombardements.


A partir de l’église de NEUILLY, emprunter le circuit du Massif de CLERMONT en direction de VAUX. A noter que la route contourne le domaine de Coutances à la sortie de NEUILLY. Arrivé au château de VAUX, poursuivre le circuit du Massif de CLERMONT jusqu’à CAMBRONNE-LES-CLERMONT. 

Dans la même rubrique

0 | 5

Bury
le 17 juin 2014
par Mauricette
Rousseloy
le 17 juin 2014
par Mauricette
Cambronne Les Clermont
le 17 juin 2014
par Mauricette
Ansacq
le 17 juin 2014
par Mauricette
Angy
le 17 juin 2014
par Mauricette


pucePlan du site puceContact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © Patrimoine Culturel et Historique du Canton de Mouy - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.4